Des chercheurs restaurent des pages inédites du Journal d'Anne Frank

Actualités, Antisémitisme/Racisme, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Des chercheurs restaurent des pages inédites du journal d'Anne Frank

Des chercheurs de la capitale néerlandaise ont récupéré deux pages d'un journal intime d'Anne Frank contenant des passages sur la sexualité.

Le contenu des pages était resté inconnu pendant des décennies parce qu’Anne les avait effacées. Elles étaient également recouvertes de feuilles de papier brun collées.

"Les pages faisaient partie d'un journal intime écrit par l’adolescente juive alors qu'elle se cachait des nazis à Amsterdam", a déclaré mardi la maison d'Anne Frank dans un communiqué.

La maison d'Anne Frank, un musée situé dans l'ancienne cachette de la famille Frank, ne citait pas directement le texte qu'elle avait récupéré. La déclaration dit que les pages comprennent quatre blagues « osées », des phrases barrées et un texte dans lequel Anne Frank s'imagine enseigner l'éducation sexuelle.

«Les textes du journal d'Anne montrent qu'elle a glané des informations sur la sexualité auprès de ses parents, en particulier de son père, de son amie Jacqueline et dans des livres», lit-on dans la déclaration. "Anne n'a pas lâché le sujet. Plus de dix-huit mois plus tard, elle a souligné [sic] l'importance d'une éducation sexuelle complète et de qualité, et elle ne comprenait pas pourquoi les adultes étaient si secrets à ce sujet.

Anne Frank a également noté que son père lui avait parlé de prostituées.

La Maison d'Anne Frank a déclaré qu'elle utilisait une nouvelle "technologie de traitement d'image" pour déchiffrer les pages recouvertes. Les Frank ont été capturés par les nazis en 1944. Seul le père d'Anne Frank, Otto, a survécu à l'Holocauste. Il a édité et publié ses écrits dans la clandestinité après la guerre, faisant d'Anne Frank l'une des victimes de l'Holocauste les plus célèbres au monde.

Anne Frank a écrit les blagues le 28 septembre 1942, juste trois mois après que la famille a entamé son séjour de deux ans dans la cachette.

"Quiconque lit les passages qui ont été découvertes sera incapable de réprimer un sourire", a déclaré Frank van Vree, directeur de l'Institut d'études sur la guerre, l'Holocauste et le génocide, qui a participé au déchiffrage des pages. "Les blagues osées" sont des classiques parmi les enfants qui grandissent. Ils montrent clairement qu'Anne, avec tous ses dons, était avant tout une fille ordinaire".

L'Institut Huygens d'histoire des Pays-Bas était également partenaire du projet.

La Maison Anne Frank a abordé des considérations morales en déchiffrant le texte. "Le journal d'Anne Frank est un objet du patrimoine mondial avec une grande valeur historique, ce qui justifie la recherche", a déclaré l'institution.

Les deux pages ne représentent pas la seule fois où Anne Frank a griffonné des blagues ou écrit sur la sexualité, bien que dans les passages ultérieurs elle traitait les sujets avec davantage de maturité.

"Au fur et à mesure que les mois passaient, son écriture a graduellement mûri passant de lettres hésitantes d'une enfant à un style cursif fluide d'une auteure qui gagne en confiance en peaufinant ses compétences en écriture".

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi