Amit Eastman le nouveau procureur de l'état d'Israël a une vision déformée des femmes

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le nouveau procureur de l'état d'Israël a une vision déformée des femmes

Les remarques sexuelles caractérisées du procureur désigné ne l'empêcheront pas d'occuper le poste de procureur de l'état d'Israël.

Le comité de recherche a recommandé à l'unanimité la nomination de l'avocat Amit Eastman qui avait reçu des recommandations de membres chevronnés de la magistrature.

Le ministère de la Justice a jugé, quant à lui, que ses déclarations envers ses collègues féminins "constituaient un comportement inapproprié"

La recherche d'un candidat au poste de procureur hier soir ,lundi  a décidé à l'unanimité de recommander la nomination au poste , l'avocat Amit Eastman

Cependant, dans le passé une enquête avait été ouverte, à son sujet, sur des soupçons de harcèlement sexuel. À la fin de l'enquête, l'affaire a été close avec une sanction des mesures disciplinaires.

La première déclaration attribuée à Isman a été faite en 2008, alors qu'il était chef de département.

Alors qu'il était en discussion avec à un autre avocat pour une affaire de délit sexuel il s'est tourné vers une stagiaire présente et lui a demandé à haute voix:
«Avez-vous un tiroir avec des strings marbrés? "
Lorsqu'elle a répondu par la négative, l'avocat s'est tourné vers lui et lui a dit:
"C'est une fille normale, elle ne garde pas de telles choses dans un placard."
La stagiaire a noté que cette remarque l'avait embarrassée, mais elle ne pensait pas que cela visait à la harceler ou à lui faire du mal sexuellement.

La deuxième déclaration attribuée à Eastman a été faite alors qu'il était procureur de district et était adressée à une avocate.

"Vous n'êtes pas un homme, vous n'avez pas de couilles, n'est-ce pas? Alors votre seule plaisir c'est la défense " Le procureur de l'époque  a décidé de ne pas se plaindre de la déclaration.

Après qu'un avocat principal occupant une position sensible a transmis des informations selon lesquelles Isman avait harcelé verbalement un certain nombre d'avocates qui lui étaient subordonnés, une enquête a été ouverte contre lui, soupçonné de harcèlement verbal.

Selon la plainte de l'accusation, Isman avait l'habitude de harceler ses subordonnées et  à  plusieurs reprises avec des commentaires à caractère sexuel qui les mettaient mal à l'aise.

L'avocat principal a également parlé d'une relation personnelle qu'Eastman entretient avec une autre avocate qui lui est subordonnée également.

Selon elle, malgré le lien personnel qui les lient, il remet en question ses modalités et sa promotion au sein de l'entreprise. La plainte a été transmise à la Commission de la fonction publique, qui enquêtera sur la plainte et, si nécessaire, recommandera le dépôt d'un acte d'accusation.

À l'issue de l'enquête, la Commission de la fonction publique a jugé que les déclarations attribuées à Isman ne constituaient pas des actes de harcèlement sexuel.

Quant aux deux des déclarations qui lui ont été attribuées précédemment,  la Commission a jugé que les déclarations "constituaient un comportement inapproprié" et a recommandé qu'une audition soit tenue au sujet de ces déclarations devant le directeur général du ministère de la Justice.

La directrice générale du ministère de la Justice de l'époque, Amy Palmor, a alors déterminé que les propos constituaient un comportement inapproprié de la part d'un fonctionnaire et, en conséquence, elle lui a adressé un avis dans le cadre d'une procédure disciplinaire interne.

"Vision du monde déformée envers les femmes"

Dans une déclaration publiée, hier soir, par le comité de recherche, ses membres ont fait référence aux déclarations d'Eastman concernant les collègues:
«Le comité a sérieusement examiné la procédure administrative menée à l'encontre d'Amit Isman, mais ces déclarations inappropriées ne caractérisent pas son travail et sa conduite.», a déclaré le comité.

Il a en outre été déclaré que «l'avocat Isman a clairement indiqué qu'il agissait en sa capacité de maintenir un discours professionnel respectueux à l'intérieur et à l'extérieur du bureau du procureur de l'État, et qu'il avait l'intention de continuer à le faire.

Le comité estime que dans l'ensemble des circonstances de l'affaire, ces deux déclarations, qui ont été faites comme indiqué il y a de nombreuses années, ne constituent pas un défaut de valeur normative qui l'empêche d'exercer les fonctions de procureur. "

Le lobby des femmes a attaqué la décision du comité de recommander Isman pour le poste de procureur: «La nomination d'Eastman à un poste aussi prestigieux, et la tentative d'éclipser ses déclarations sexuelles flagrantes pour légitimer le choix, est une tentative inappropriée. "Sur l'organisation dans laquelle il travaille."

"Le ministère de la Justice doit effectuer une inspection complète dans un ministère gouvernemental, ce qui devrait servir d'exemple et de modèle pour le public", a ajouté le lobby des femmes

"Il doit examiner attentivement les allégations d'une crainte de nouvelles plaintes émanant du bureau du procureur de l'État pour de nouveau discours inapproprié et examiner de manière approfondie la question du harcèlement sexuel. Quel est le message que nous envoyons au public avec une telle nomination ? Nous ne resterons pas silencieuses."

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi