La campagne d’embauche agressive d’Amazon nuit à la Startup Nation

Actualités, Alyah Story, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La campagne d’embauche agressive d’Amazon nuit à la Startup Nation

Le plus grand détaillant sur Internet du monde, Amazon, attirerait les programmeurs et les ingénieurs israéliens avec des salaires beaucoup plus élevés que d'habitude, dans sa tentative d'étendre rapidement un nouveau centre de recherche et de développement.

Cette initiative illustre la façon dont les multinationales sont perçues comme empiétant sur les startups locales et exacerbant une pénurie d'employés israéliens dans la haute technologie.

Le fondateur d'une société israélienne de cybersécurité a déclaré que deux de ses adjoints avaient été recrutés par Amazon et avaient reçu des offres d'emploi sans précédent, a rapporté le site financier The Marker, citant des fondateurs de start-up anonymes et des responsables des ressources humaines.

Un programmeur, à la tête d'une équipe de haute performance, a reçu un salaire et des avantages sociaux s'élevant à 92 000 NIS (25 995 dollars) par mois.

À l'heure actuelle, un programmeur expérimenté peut gagner environ 40 000 NIS (11 370 dollars) par mois, soit environ quatre fois plus que le salaire moyen israélien, selon le Bureau central des statistiques.

Amazon a généralement offert aux programmeurs environ 50% de plus, environ 60 000 NIS, ainsi que des bonus annuels et à la signature, selon The Marker. Les nouveaux employés, qui comprennent des scientifiques, des ingénieurs logiciels et des chefs de produits, aideront Alexa Shopping, l'assistant personnel numérique vocal qui permet aux gens d'acheter des marchandises.

En augmentant les salaires d'environ 50%, Amazon - qui a annoncé ses plans en octobre – place de force les entreprises high-tech israéliennes dans une position intenable, avec des start-ups qui prévoient de délocaliser des emplois en Europe de l'Est, en Chine et en Inde. 

Amazon

Amazon

Cette pression salariale - avec des salaires moyens pour les ingénieurs israéliens augmentant de 38% entre 2005 et 2015 - mine la capacité des start-up israéliennes à produire des outils et des technologies d'innovation perturbateurs, ce qui freine ce que l'on appelle la «Start-Up Nation». "Certaines entreprises israéliennes peuvent répondre en indemnisant les employés avec des options d'achat d'actions. Le travailleur israélien moyen de haute technologie gagne environ 21 000 shekels (5 940 dollars) par mois.

Cette campagne d'embauche agressive arrive à un moment où les entreprises israéliennes de haute technologie font face à une pénurie de 10.000 ingénieurs et programmeurs de logiciels, selon un rapport publié par l'Autorité israélienne de l'innovation le mois dernier.

"S'il n'y a pas d'augmentation spectaculaire du nombre d'employés dans la haute technologie, l'économie israélienne atteindra une impasse et restera bloquée", indique le rapport. Alors que le pourcentage du PIB qu'Israël consacre aux investissements en R & D est supérieur à celui de tout autre pays développé, et que les investissements israéliens en capital-risque représentent la part la plus élevée du PIB par habitant dans le monde, le pays est confronté à un manque criant de travailleurs high-tech.

"La pénurie augmente quand vous remontez vers le haut de la pyramide; il y a vraiment peu d'ingénieurs haut de gamme disponibles qui font des algorithmes. C'est également un problème pour les développeurs de logiciels et les codeurs de niveau intermédiaire », a déclaré le mois dernier Uri Gabai, responsable de la stratégie de l'Autorité.

En décembre 2016, Jeff Bezos, fondateur et PDG d'Amazon, s'est rendu en Israël et la compagnie loue des bureaux dans la tour Azrieli Sarona de Tel-Aviv et au parc technologique Matam de Haïfa. Amazon est arrivé en Israël après l'acquisition d'Annapurna Labs pour 350 millions de dollars en 2015.

La société est en pleine expansion dans le monde entier, avec un revenu net de 2,4 milliards de dollars sur un chiffre d'affaires de 136 milliards de dollars en 2016, ce qui se traduit par une marge bénéficiaire nette de 1,7%. Le bénéfice minime indique que l'entreprise cherche à maintenir les prix et les revenus à un bas niveau afin de concurrencer davantage les détaillants traditionnels.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi