Réussir une Alyah c'est comprendre et accepter le système israélien par Tali Schwartz.

Alyah Story - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Systemes_sante_plus_efficaces-1.jpg

Système de santé israèlien compliqué mais  classé 4 ème meilleur au monde 


Comme je l'ai écrit la semaine dernière, dans le premier volet d'une longue série d'articles, réussir son Alyah est avant toute chose réaliser que "l'on ne sait pas", le dire et le vivre avec assurance. Cette première étape permet la libération d'un carcan qui pour la plupart nous empêche d'innover, de vivre avec beaucoup moins de peur et de devenir une "meilleure" version de nous-même pour nous, notre famille et surtout nos enfants.


Mais si le fait d'accepter de ne pas savoir est la première étape d'un chemin vers le devenir Israélien, l'étape suivante est encore plus importante.


Pour la plupart des immigrants qui montent en Israël après l'âge de 18-20ans, "la logique du pays" reste une gageure. 


Une petite anecdote qui permet de comprendre plus facilement ce que j'essaye d'exprimer: Lors de ma première grossesse, un concours de circonstance a fait que le médecin qui a accouche ma mère deux fois m'a suivi.


 

Cet homme, certainement l'un des meilleurs spécialistes dans son domaine a réalisé son Alyah 3 ans au paravent. Quand je dis l'un des  meilleurs professionnel, je ne plaisante pas. Deux détails extrêmement importants pour comprendre, je suis patiente à la kupat holim maccabi et j'ai vu ce médecin en indépendant. Ce qui signifie: hors du contexte de ma kupat holim.


 

Cette situation engendre certaines limitations: par exemple, ce médecin ne peut pas m'adresser à un laboratoire maccabi directement. Il faut en fait transformer sa demande d'examen en maccabi par un médecin maccabi pour pouvoir passer les tests chez maccabi. Oui je sais. 


Allez comprendre une femme enceinte hormonale et le système maccabi! Le seul souci c'est que cet homme brillant était pour ainsi dire incapable de comprendre qu'il ne se trouvait plus en France et donc que les règles de travails, ses règles de travail avaient changé.


Ce système de santé est pour ainsi dire incompréhensible à  un "étranger" ou à un nouvel immigrant sans un véritablement changement de point de vue du nouvel immigrant, sans une véritable remise en question consciente de sa logique interne, sans un véritable apprentissage des nouvelles règles.


Ce que j'essaye d'exprimer ici c'est tout simplement qu'il existe au monde des organisations de vie, d'éducation, de sante, d'impôts ou de couverture sociale qui sont totalement différentes de l'organisation française ou européenne.


Dans d'autres cas, l'immigrant porte un jugement de valeur sur l'organisation du pays, ce qui l'amène a tout simplement "effacer" de son esprit et sa réalité des règles et des lois" qui lui semblent illogiques ou "mauvaises". Malheureusement pour lui, Israël est un pays de droit et démocratique, ce qui fait que l'on ne peut pas choisir les lois qui nous sont appliquées ou pas (oui je sais, très embêtant….)



Dans de nombreux cas, nos nouveaux immigrants (et même les plus brillants) sont incapables de réaliser cette transition vers une logique de vie différente. Pour la plupart, ils ne prennent pas vraiment le temps au-delà de la langue de comprendre le pays dans son organisation intérieur.


Et cela à mon sens reste une erreur monumentale. Ne pas apprendre l'organisation interne du pays provoque chez le nouvel immigrant et ce pendant un certain temps des situations totalement rocambolesques, des situations de tensions et de difficultés qui sont le résultat direct de ce manque de connaissance, de compréhension.


Comme je l'ai écrit a de nombreuses reprises dans mes articles ou conférences, l'importance de la connaissance des droits est sans appel, mais comprendre véritablement Israël dans son organisation intérieur et surtout sa différence reste essentiel. Pour toute question: www.coachingalyah1.com

Tali Schwartz












 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi