Israël : L'ado et l'alyah par Bernard Zanzouri

Alyah Story - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

bernard zanz.jpg

Bernard Zanzouri est un spécialiste de l’éducation informelle. Né en 1963 en Tunisie, il grandit en France puis émigre en Israël à l’âge de vingt ans. Alors étudiant en sciences politiques à l’université de Jérusalem,

il comprend que sa vocation – et sa passion – est l’éducation. Ancien directeur du mouvement de jeunesse Tikvatenou, formateur de centaines d’animateurs de la communauté juive de France, il est également un des fondateurs du Centre national des étudiants francophones à Jérusalem en  1987.
Conférencier spécialisé en pédagogie de l’adolescent, il est aujourd’hui un des experts de la commission culture juive de la fondation pour la mémoire de la Shoah. Depuis deux ans, il travaille sur un projet de résolution de conflits intergénérationnels – la méthode A.D.O – qu’il compte conjuguer en autant d’ateliers et de séminaires destinés aux parents d’ados. Pour, comme il le dit, changer la donne.


 L'Alya réussie, c'est être vraiment prêt 

 


Dans le cadre de mes conférences en France pour le programme Alyado de l'association AMI, j'ai l'occasion de rencontrer des olims sur le départ et un discours revient inexorablement dans leurs bouches: pourvu qu'on réussisse à régler le problème du travail en Israël, c'est quand même le point principal!



C'est vrai, l'argent est souvent le nerf de la guerre. Et il n'est pas moins vrai que le boulot confère aux choses un vernis d'intégration réussie et de statut dans la nouvelle société.

 


Mais l'alya est avant tout une histoire humaine, l'histoire d'individus déterminés à inscrire de nouvelles pages de leurs vies sur la terre d'Israël; et c'est pourquoi j'ai personnellement une théorie différente. 


La chose la plus importante en matière d'alya, c'est que la famille soit vraiment prête. Pas seulement le business plan et le cahier des charges. Prête idéologiquement. Prête aux niveau des défis qui l'attendent. Prête dans sa connaissance de la société israélienne et de sa façon de fonctionner.
Prête du plus petit au plus grand.


Et en tant que spécialiste des adolescents, je peux vous garantir que toute négligence au niveau de la préparation des troupes se paye cash à l'arrivée dans notre beau pays. 

 

Et c'est pourquoi vos enfants et plus encore quand ils sont ados, doivent être un élément clé, un élément principal, partie prenante et partenaires dans chacune des décisions concernant votre projet d'alya. Le fameux" bah, on verra ça une fois sur place" n'a pas lieu d'être. Sur place, le nez dans le guidon, vous ne verrez plus rien.
La réussite de votre alya se joue ici et maintenant. Avec vos proches. Tous concernés, sans exception.

 

Bernard Zanzouri


Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi