Israël: des bébés adoptés souffrent du syndrome d'alcoolisation fœtale

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: des bébés adoptés souffrent du syndrome d'alcoolisation fœtale

Certains jeunes enfants originaires de l'ex-Union soviétique adoptés par des Israéliens ont reçu un diagnostic de troubles du spectre de l'alcoolisation fœtale quand ils étaient tout-petits.

Le trouble, causé par la consommation excessive d'alcool pendant la grossesse, peut entraîner chez les enfants des troubles cognitifs, d'apprentissage et de langage, des troubles de l'attention et d'autres problèmes, même s'ils semblaient tout à fait normaux et sains même à l'âge de deux ans.

Le problème a été soulevé récemment dans "Hakol Al Alcohol", le bulletin de l'organisation bénévole Efshar qui lutte contre les addictions.

Une assistante sociale a rapporté qu'elle avait observé le problème pour la première fois chez une fillette biélorusse âgée de deux ans qui avait été adoptée par des Israéliens à l'âge de 10 mois.

L'agence qui a organisé l'adoption a dit au couple que l'enfant avait été examiné par un médecin qui l'avait déclarée en bonne santé.

Les effets sont quasiment indécelables à un jeune âge

Les effets sont quasiment indécelables à un jeune âge

Le professeur Gideon Koren, pédiatre à la retraite et expert sur les effets des drogues sur les enfants, a écrit que dans de nombreux cas, les effets de l'alcool sur les enfants nés de parents alcooliques ne peuvent être diagnostiqués, même à l'âge de deux ans.

Certains signes physiologiques tels qu'une lèvre supérieure fine et une cavité oculaire étrangement structurée peuvent susciter des soupçons chez un expert médical. Il peut également y avoir des problèmes de concentration, d'agressivité et d'incapacité à comprendre les signaux et les messages sociaux. En tant qu'adultes, ils peuvent avoir du mal à trouver un emploi et un certain nombre d’entre eux, écrit Koren, ont des problèmes avec la loi.

En Amérique du Nord, jusqu'à 1% des enfants souffrent du syndrome d’alcoolisation fœtale et les dommages sont irréversibles, bien qu'un diagnostic et un traitement précoces puissent réduire le handicap.

"Beaucoup de couples (ou de femmes) dans l'ex-Union soviétique qui amènent leurs bébés dans des orphelinats et les abandonnent pour adoption ont un passé d'alcoolisme, de drogue et d'abus physique et sexuel", a poursuivi Koren, s'appuyant sur des études publiées. Vivre pendant des mois dans des orphelinats cause aussi des dommages en raison d'une mauvaise nutrition et de soins inadéquats.

"Attention, cela ne signifie pas que les enfants des orphelinats de l'ex-Union soviétique ne peuvent pas être adoptés.

"Chaque enfant a droit à une maison chaleureuse et à un environnement aimant et protégé", a-t-il souligné. "Mais les futurs parents devraient être vigilants, car les autorités ne leur communiquent généralement pas ces problèmes, qui devraient être traités dès que possible".

Source: Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi