Albert Einstein à une demande d'interview : que le diable juif vous emporte, si il en existe un

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Le côté décalé d'Albert Einstein

Le célèbre physicien théoricien était opposé aux interviews.

"Je devrais dire:" Que le diable juif vous emporte s'il en existe un", a-t-il écrit en réponse à une demande d'interview à un journaliste juif orthodoxe souhaitant l'interviewer sur son identité juive.

Le côté décalé d'Albert Einstein

Le côté décalé d'Albert Einstein

Une lettre mise aux enchères en Israël montre un côté plus léger au physicien théoricien de renommée mondiale Albert Einstein , qui a développé la théorie de la relativité, l'un des deux piliers de la physique moderne aux côtés de la mécanique quantique.

Les lettres d'Einstein sont généralement vendues très chères.
L'offre la plus récente, en vente chez Winner's Auctions, une agence basée à Jérusalem spécialisée dans les manuscrits, les livres hébraïques anciens, les documents historiques, les cartes rares, etc., montre le côté des  plus décalé du célèbre scientifique et des blagues sur les nombreuses tentatives de l'interviewer.

Einstein était célèbre, certains diraient tristement célèbre et opposé à donner des interviews.

Selon la maison de vente aux enchères, la lettre a été écrite au président de l'Association des scientifiques juifs orthodoxes, le Dr Elmer L.Offenbacher, en 1953.

Elmer Offenbacher prévoyait d'écrire un article sur la connexion d'Einstein au judaïsme mais ce dernier n'était pas enthousiasmé par l'idée et a écrit en réponse:

"Cher M. Offenbacher, je vous remercie pour votre lettre.
Je devrais dire:" Que le diable juif vous emporte  "s'il en existait un. Mais - sérieusement - je ne suis pas en mesure de réaliser votre souhait car, j'ai pour principe de ne jamais publier ou dire  quelque chose qui conduirait à la publication de choses sur ma propre personne."

"Il est assez gênant pour moi qu'une telle absurdité puisse être attachée à ma personne."

"Vous comprendrez certainement, si vous faites un petit effort pour vous mettre dans ma situation", a conclu Einstein.

Offenbacher a finalement publié l'article en 1955, dans la vie juive .

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi