30 années de réclusion pour Abdelkader Merah, un soulagement pour les familles et les survivants

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Abdelkader Merah condamné en appel à 30 années de réclusion pour complicité

AbdelKader Merah, l’ancien caïd de cité et frère de Mohamed qui a assassiné 3 enfants juifs, le père de deux d’entre eux et trois militaires à Toulouse et Montauban, a été condamné en appel pour complicité à 30 années de réclusion. Rappelons qu'il en a déjà purgé 7 et que sa condamnation est assortie d’une peine de sûreté des deux tiers.

En 2017, il avait été condamné en première instance à 20 ans de prison pour association de malfaiteurs mais avait finalement été innocenté de l'accusation de complicité.

La cour d'appel a finalement déterminé qu'il était complice des meurtres. L'accusation avait demandé une condamnation à perpétuité.

En mars 2012 à l'école Otzar Hatorah de Toulouse, Mohamed Merah a assassiné le rabbin Jonathan Sandler et deux de ses enfants, ainsi que la petite Myriam Monsonégo,. Quelques jours auparavant, il avait tué trois soldats français lors de deux attaques dans la banlieue de Montauban, en France. Il a été abattu lors d'une fusillade avec la police dans son appartement toulousain où il s'est caché après les meurtres de l'école. Il a déclaré dans une vidéo qu'il avait perpétré ces actes dans le cadre du djihad et pour venger les souffrances des enfants palestiniens.

Pour les parties civiles, Abdelkader Merah était le cerveau des atrocités commises par son frère.

L'enterrement à Jérusalem des quatre victimes juives de Mohamed Merah

L'enterrement à Jérusalem des quatre victimes juives de Mohamed Merah

La plaidoirie de Me Laurence Cechman, avocate d'une partie civile :

Me Cechman est l'avocate de Lyor, né le 14/11/94 à Lyon. Lyor n'est pas venu au procès. "S'il était venu, il vous aurait parlé de ce matin infernal. Le 19 mars 2012 quand il était élève à Ozar Hatorah. Qu'il s'est levé à 6h30 comme tous les matins comme il est interne. Qu'il est allé prier comme tous les matins"

"Attention, Attention, il y a quelqu'un dans l'école qui tire". 

"Lyor a entendu un ou deux coups de feu sur sa droite, il a tourné la tête et a vu ensuite deux  corps d'enfants. Il n'a pris que l'enfant le plus proche de lui, il l'a tiré jusqu'à l'entrée de l'internat. Alors qu'il le tenait dans ses bras, il s'est aperçu que l'enfant avait pris deux balles dans la tête et que des veines sortaient de son front. Il l'a pris et déposé dans la synagogue et a demandé qu'on aille chercher la petite fille".

Puis Lyor et d'autres ont essayé de ranimer les deux enfants.  "J'avais le gout du sang dans la bouche", dira-t-il à son avocate. 

"Lyor à cette époque était un enfant qui sauve un autre enfant, un gosse qui sait qu'une vie est indispensable en ce monde  Lyor, dans ses nuits, dans ses jours, il vit, il survit, il est incapable de prendre une décision".

Me Cechman rappelle que Lyor a été agressé quelques années après la tuerie d'Ozar Hatorah. Dans un train il s'est fait traiter de "sale juif". 

Puis elle continue, sur les accusés. "Le salafisme radical n'est pas une croyance religieuse mais bien une idéologie criminelle qui avance dans l'ombre. Regardez dès 2011 ce qu'Abdelkader Merah a fait. Tout ses agissements font partie des actes préparatoires à une idéologie criminelle. C'est une idéologie criminelle avec un projet. Abdelkader Merah est un converti salafiste".

Elle regarde l'accusé Abdelkader Merah :"Vous en étiez le commanditaire, il en était le bras armé ". 

Puis elle poursuit : "Si nous sommes dans un procès historique vous pouvez par votre action souveraine rebâtir, construire le droit, le peuple français vous l'implore.  Faites-le pour les morts mais aussi et surtout pour les vivants"

Puis conclut : "Le Dr Cedile nous a expliqué le phénomène de sublimation. Je lui ai demandé : "Que se passerait-il si le sujet réalisait qu'il était dans l'erreur"

Elle m'a répondu : "Mais il ne peut pas concevoir qu'il est dans l'erreur, il est tellement habité de certitudes sur sa religion mais ce n'est pas une religion, c'est un combat, une guerre". 

A l'issue du procès, les familles des victimes ont évoqué leur soulagement.

Source: Jpost - LCI

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi