8 mars : Journée internationale de LA FEMME

Actualités, Alyah Story, Artistes, Contre la désinformation, Culture, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
2018 Netta Barzilai (Israël) photo : Daniel Kaminsky

                                                             L’Eurovision écoute la Voix des femmes

Elles ont marqué avec talent et singularité une odyssée qui depuis 1956
a primé 66 lauréats dont 38 sont des femmes !
Leur  pouvoir de séduction s’exerce aussi en musique, et en chanson.
Elles ont adressé au monde entier des messages forts sur les sujets de femmes ou d’actualité. L’amour, l’enfance, le partage, le mensonge, la rupture,Des injustices, des violences, des différences, de la guerre et de la paix…Avec une note d’humour ou des accents plus dramatiques, Car si l’actualité émeut, sidère et transporte, elle conditionne aussi le choix des chansons de l’Eurovision

                                                               L’Eurovision miroir de notre société ?

Eurovision 1968 Massiel (Espagne) Getty Images

Eurovision 1968 Massiel (Espagne) Getty Images

                                                         Retour sur la voie d’une pluralité de femmes singulières

Les pionnières

La 1re lauréate de ce nouveau concours  européen de la chanson s’appelle Lys Assia, elle est suisse et en 1956 chez elle à Lugano, sa chanson « Refrain » fait l’unanimité.La mélodie ne sera qu’un prélude aux inoubliables refrains qui vont se faire entendre au fil des ans sur la scène magique de l’Eurovision !

Pionnières de l'Eurovision 1959

Pionnières de l'Eurovision 1959

 

En 1959 à Cannes, Alice et Ellen Kessler, 1res jumelles à l’Eurovision sont  allemandes et elles  font sensation !

21 ans plus tard en 1980à La Haye Sophie et Magalipour le Luxembourg créeront  à leur tour la surprise avec un « Papa Pingouin  » devenu culte.

En 1960 à Londres, la jeune candidate française Jacqueline Boyer, fille de Lucienne Boyer (éternelle interprète de Parlez-moi d’amour), va suivre le succès de sa mère et son « Tom Pillibi » va faire le tour du monde. Une autre Jacqueline, Jacqueline Joubert fera parler d’elle et en direct, depuis le Palais des Festivals de Cannes en sa qualité d’hôtesse du concours en 1959 et en 1961.

Jacqueline Boyer 1960 Eurovision

Jacqueline Boyer 1960 Eurovision

 

1962, une Lilloise de 24 ans Isabelle Aubret,remporte le titre pour la France  avec une mélodie romantique aux tendres paroles « Un premier amourne s’oublie jamais.Un premier amour on le cherche toujours. Dans d'autres amourstoute sa vie on court après.

Elle sera la 1rechanteuse française à tenter une seconde fois sa chance à l’Eurovision. En 1968, elle se classera 3èmeavec une chanson engagée pour l’époque  sur le thème du viol.

Il faudra attendre 50 ans, jusqu’en 2018  pour que s’impose  à l’Eurovision,  une chanson sur un thème similaire et c’est la représentante d’Israël Netta Barzilaiavec son succès « Toy » sur le harcèlementsexuel qui l’exprimera au monde entier.

Le message d’Isabelle aujourd’hui :« Nous vivons une époque difficile. » dit-elle."Je suis bouleversée, déchirée par les attentats et le sort des migrants, jetés de leur pays, mal acceptés dans les nôtres !

Je pense aux jeunes. Je leur dis qu'il faut croire en la vie, se battre quoiqu’il arrive et avancer. »

Isabelle Aubret Eurovision

Isabelle Aubret Eurovision

 

 

 

 



                              Celles dont on a beaucoup parlé

 À Copenhague en 1964, une jeune fille de 16 ans va émouvoir l’Europe entière d’un inoubliable « Non ho l’éta ». La victoire est écrasante, la chanson  va rencontrer un immense succès commercial et se vend à plus de 4 millions d’exemplaires.

Gigliola Cinquetti restera l’unique artiste de l’histoire du concours, à revenir sur scène pour une seconde ovation du public, tant la première fut marquante et prolongée.

Elle restera aussi la plus jeune gagnante jusqu'en 1986ou Sandra Kim, 15 ans, mais qui officiellement en affiche 13 remportera la victoire !

La France battra le record de la jeunesseen présentant elle aussi une petite belge  de 11 ans, Nathalie Pâques à Lausanne en1989. Ce choix déclenchera une vive polémique dans les médias et chez les autres participants une pensée d’influence sur les membres du jury.
Le règlement sera modifié dès l’année suivante, portant l’âge minimum à16 ans pour pouvoir participer.

Et puisque nous parlons de petites filles… il était une poupée de cire, une poupée de son, qui avait le cœur gravé dans ses chansons et qui fit carrière à l’Eurovision.

C’était en 1965, à Naples  sous le soleil du sud de l’Italie, Serge Gainsbourg avait écrit une chanson sur mesure à notre France Gall nationale qui alors triomphait en France avec  ce « Sacré Charlemagne ».

Mais des voix s’élevèrent contre l’infidèle qui avait préféré défendre au Grand Prix les couleurs du Luxembourg. « Poupée de cire, poupée de son » une victoire bien amère qui pour l’interprète avait un arrière goût de défaite.

Le refrain tournait pourtant bien  et la magistrale orchestration d’Alain Goraguer, avait déclenché  les hostilités dès les répétitions. La tension montait entre Gainsbourg et les musiciens de l’orchestre italien qui avaient du mal à reproduire le tempo imposé par le clan du Grand Duché. France Gall déstabilisée par ces altercations peinait à chanter juste et n’était  pas très motivée pour affronter la soirée de compétition.

Contre toute attente la chanson s’impose et elle remporte la palme.

Avant même de pouvoir remonter sur scène, un coup de téléphone de Claude François, son petit ami de l’époque, sans doute surpris et jaloux de cet imminent succès, lui annonce avec beaucoup d’élégance  «  Je te quitte… ». C’est en larmes que France Gall abasourdie par cette nouvelle doit rechanter sa chanson.

Une émotion que le public associera à la joie de sa victoire !

De retour en coulisses elle reçoit une gifle magistrale de sa concurrente  britannique donnée favorite et qui n’accepte pas la défaite

La poupée de cire, poupée de son  qui voyait alors la vie en rose bonbon… a vécu un véritable drame qui est resté l’un de ses plus tristes souvenirs…

Eurovision 1965 France Gall gagne et perd Claude François

Eurovision 1965 France Gall gagne et perd Claude François

Le titre devient un tube  jusqu’au Japon et propulse la chanteuse au rang de vedette internationale.

En 1966, la chanteuse néerlandaise Millie Scott, sera la 1reartiste noire à se produire à l’Eurovision.

 

Eurovision-1967- Sandle-Shaw

Eurovision-1967- Sandle-Shaw

L’année suivante en 1967, le concours se déroule dans le prestigieux décor du Palais Impérial de Vienne.

La mini-robe rose transparente de Sandie Shaw, la chanteuse  anglaise aux pieds nus ne passe pas inaperçue ! La chanson acidulée fait une nouvelle fois recette : la marionnette de « Puppet on a string» fait un carton et  deviendra l’un des plus grands succès commerciaux du concours.

L’Eurovision entre dans la cour des grands et le petit concours acquiert une notoriété qui va d’année en s’année s’amplifier.

                                              1968 annonce l’arrivée innovante de la couleur à la télévision

Pour la 1ère fois, le concours est filmé et diffusé en couleurs.La victoire de l’Espagne est aussi colorée que les premières images en direct de Londres. À l'origine, la chanson espagnole devait être interprétée par Joan Manuel Serrat qui souhaitait l’interpréter en Catalan.

Cette langue et son usage réprimés sous le régime franquiste, sa décision souleva une polémique  de division nationale quelques semaines avant le concours. L’artiste partisan ne voulant pas céder, il décida de retirer sa participation. Il fut remplacé en dernière minute par la chanteuse Massiel qui effectuait une tournée au Mexique et qui ne fut prévenue de sa sélection que quelques jours avant les répétitions.

Massiel chanta « La,la,la » en espagnol ,sur un  nouvel arrangement  de Bert Kaempfert.
Lors de la remise du Grand Prix, Massiel exprima un : « Thank you all the Europe. Merci beaucoup. »Elle réinterpréta sa chanson en espagnol puis en anglais mais sa reprise reçut un accueil mitigé et quelques spectateurs quittèrent la salle en signe de protestation.

La presse anglaise se fit l’écho de malversations sur les résultats et la défaite à 1 point du Royaume-Uni.

Des rumeurs non confirmées évoqueraient une corruption des jurés,  qui aurait été ordonné par le général Franco pour faire gagner l’Espagne et ainsi redorer son blason sur le plan international ?
Rien n’est impossible…

Une victoire partagée

Eurovisions les vainqueurs 1969

Eurovisions les vainqueurs 1969

 

En 1969 ce n’est pas une mais quatre femmes qui remportent à égalité le Grand Prix Eurovision :Lulu pour le Royaume-Uni, Lenny Kuhrpour les Pays-Bas, Salomé pour l’Espagne (1erpays à remporter une  2èmevictoire consécutive) et Frida Boccarapour la France

Un quarté mémorable pour une victoire partagée, fait unique dans les annales du concours.  Le règlement n’avait pas prévu de clause en cas d’ex-eaquo.

L’effet se reproduira à Rome en 1991, au terme du dernier vote, la Suède et la France se retrouve avec le même score sur le tableau d’affichage .Mais l’organisateur a  depuis revue ses copies, et après un calcul méticuleux, la victoire revient à la Suède malgré quelques contestations de journalistes qui diront que la France est « l’autre gagnant ».

 1969 Frida Boccara (France)

1969 Frida Boccara (France)

 

Frida Boccara obtient la gloire internationale en remportantle titre pour la France. « Un jour, un enfant » l’œuvre d’Éddy Marnay et Émile Stern, avait été sélectionnée par un jury d'experts parmi 108 chansons reçues par l'ORTF. Cette chanson sur l’émerveillement de l’enfance et l’amour maternel, sera l'une des plus diffusées durant plusieurs semaines par les radios françaises

Elle recevra le Grand Prix du disque de l'Académie Charles-Croset reste toujours l’un des grands classiques de référence de l’Eurovision.

Parfaitement polyglotte, Frida Boccara chantait en 13 langues  et était une chanteuse engagée aux côtés de  l’UNICEF. De confession juive, elle  était très attentive à sa religion et au respect de ses convictions lors de ses tournées mondiales.

Que penserait-elle aujourd’hui du climat de tension que nous traversons ?
On pourrait dire qu’elle a été en quelque sorte la première représentante du peuple juif à l’Eurovision.

Sa voix unique, aux vibratos dramatiques couvrant tous les registres de la variété au classique, la beauté des textes de ses chansons, resteront à jamais graver dans les mémoires des amateurs d’interprètes d’exception. Que la voix d’or de cette artiste de lumière repose en paix au pays du sommeil éternel.

                                                                  Le concours se politise

La France, Monaco et le Luxembourg sur le pied de guerre « en chansons bien sûr. »
L’ORTF, TMC et CLT à l’époque se livrent une bataille sans merci pour gagner le Grand Prix.Mais à quel prix !

Lorsque la Parisienne Séverine est sélectionnée  pour la Principauté de Monaco dont ce sera l’unique  et glorieuse victoire avec « Un banc, un arbre, une rue » en 1971, dans l’univers musical on crie trahison !!! L’année suivante le même auteur Yves Dessca fait un doublé avec Vicky Léandros.
La chanteuse d’origine grecque représente le Luxembourg avec « Après toi », une émouvante ballade sur la rupture qui va connaitre un succès phénoménal à travers le monde.

Avec deux participations , la 1reen 1967 avec «  L’amour est bleu « Vicky Léandros détient sans doute le record des ventes de l’Eurovision..

Enfin celle qui incarna la Marie-Madeleine de la comédie musicale très contestée Jésus Christ Superstar, Anne-Marie David  avec « Tu te reconnaîtras » réussi pour le Luxembourg en 1973 un doublé mémorable.

Pour l’anecdote, la chanson sera interdite d’antenne en France car la chanteuse avait refuser l’offre de l’ORTF puisqu’elle s’était déjà engagée auprès de la télévision luxembourgeoise.

Ilanit Eurovision Israël 1973

Ilanit Eurovision Israël 1973

 

Mais l’année 1973, restera marquée par un moment fort de l’Eurovision, l’entrée d’Israêl, premier paysnon-européen dans la compétition.La charismatique Ilanit, fera forte impression et demeurera l’emblème d’une nouvelle victoire d’intégration pour son pays. J’aurais l’occasion d’y revenir en détail dans mes prochaines rédactions.

Eurovision 1974 Olivia Newton-John (Royaume-Uni) BBC - 1974 Gigliola Cinquetti (Italie) RTS

Eurovision 1974 Olivia Newton-John (Royaume-Uni) BBC - 1974 Gigliola Cinquetti (Italie) RTS

 

 

1974 à Brighton, 3 femmes vont se tailler la part du Lion, l’Italienne Gigliola Cinquetti, déjà lauréate en 1964 devenue une vedette populaire  de la variété italienne  tentera une seconde fois de s’imposer et manquera de peu le doublé terminant 2èmederrière le groupe Abba.

Sa chanson « Si  » (Oui) créera quelques remous politiques en Italie pendant la période électorale et le référendum sur l’abrogationde la loi permettant le divorce. Les censeurs estimant que la chanson pouvait transmettre un message de propagande de nature à influencer les électeurs.

La chanson ne fut diffusée qu’après le référendum, qui se conclut par le maintien de la loi sur le divorce. Force est de constater une nouvelle fois  de l’importance des enjeux politiques générés par le concours. Jamais 2 sans 3 ! Elle sera la présentatrice du concours Eurovision à Rome en 1991.

Olivia Newton-John,1reartiste australienne à participer, défend les couleurs britanniques et deviendra plus tard l’héroïne de «  Grease » et de toute une génération.

Katie Boyle qui présente avec une élégance et une assurance très british pour la 3ème fois devient  de ce fait, l’hôtesse emblématique de l’Eurovision.

Eurovision 1976 Catherine Ferry (France) NOS

Eurovision 1976 Catherine Ferry (France) NOS

Avec  « 1,2,3 », la pétillante Catherine Ferryest l’une des grandes favorites en 1976et le célèbre producteur Eddie Barclay a fait le déplacement  à La Haye. Elle se classe 2ème et reste une des figures marquantes de la compétition avec le record du plus grand nombre de points obtenus par une chanteuse pour la France.

Cocorico, l’honneur est sauf et la chanson sera un succès chanté dans toutes les cours d’école.

 

                                                                             1977 : Marie Myriam, la révélation

 

Eurovision 1977 Marie Myriam (France) photo : Derek Cattani/ Schutterst/SIPA

Eurovision 1977 Marie Myriam (France) photo : Derek Cattani/ Schutterst/SIPA

L’aventure de Marie Myriam est un véritable conte de fées, plébiscitée  par le public  et sélectionnée pour représenter la France à Londres, elle remporte le  Concours Eurovision  le 7 mai, veille de ces 20 ans. Quel merveilleux cadeau d’anniversaire pour celle qui croit en sa bonne étoile et exprime sa bonté d’âme en chanson. Sa voix unique  nous transporte et illumine  la scène .« L’oiseau et l’enfant »  s’inscrit désormais au patrimoine de la chanson française.

Eurovision 1977 Michèle Torr (Monaco) BBC

Eurovision 1977 Michèle Torr (Monaco) BBC

 

Cette année-là, Michèle Torr,en pleine période de gloire est la représentante de Monaco. Ce qu’elle dénonce:« L’agressivité trop souvent mise en scène pour faire de l’audience. Et le plus grave, c’est que ça marche ! Ce commerce de la violence est une grave menace… »

 

1978 L’Eurovision à Paris

Denise Favre 1978 TF1

Denise Favre 1978 TF1

 

Comme le veut la tradition, la France lauréate doit accueillir l’Eurovision et à Paris en 1978, la vedette de la soirée est l’incontournable speakrine de la télévision française Denise Fabre  connue et reconnue pour son regard pétillant, ses sourires et ses fous rires  et qui pour la circonstance a dû annuler son voyage de noces !

L’Eurovision est décidément au coeur de toutes les fantaisies et de tous les sacrifices.

 

Eurovision 1978 Ireen Sheer (Allemagne)

Eurovision 1978 Ireen Sheer (Allemagne)

La séduisante représentante allemande Ireen Sheer, anglaise d’origine qui était apparu au concours en 1974 pour le Luxembourg, fait forte impression sur la scène du Palais des Congrès.

Au refrain de sa chanson, elle ôte sa capeline d’un geste assuré et se retrouve en robe échancrée aux épaules  et décolettée, une élégante surprise que l’on  qualifiera de 1er effet vestimentaire eurovisuel.

 

 

Amis lecteurs, je vous donne rendez-vous très vite sur ALLIANCE, avec la suite de l’odyssée de ce concours et de celles qui l’ont éclairé de leur présence.

Alexandre BLONDIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi