6 immigrants sur 7 en Israël ne sont pas juifs

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Culture, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le président de l'Agence juive pour Israël Isaac Herzog pose avec des immigrants français alors qu'ils débarquent de leur vol aliya.
(crédit photo: ILANIT CHERNICK)

6 immigrants sur 7 en Israël ne sont pas juifs

Les données du ministère de l'Intérieur montrent qu'une écrasante majorité des olim au cours des huit dernières années ne sont pas juifs selon la loi juive.

Des données surprenantes divulguées lundi montrent que 86% des immigrants en Israël qui obtiennent la citoyenneté en vertu de la loi du retour ne sont pas juifs selon la loi juive.

Les données ont été obtenues par l'organisation du pluralisme religieux Hiddush de la Population and Immigration Authority du ministère de l'Intérieur, à la suite d'une demande d'accès à l'information présentée par Hiddush.

Selon les chiffres, 179 849 immigrants sont arrivés en Israël en vertu de la loi du retour au cours des huit dernières années, dont seulement 25 375, soit 14% étaient juifs, c'est-à-dire étaient nés d'une mère juive ou s'étaient convertis.

Le reste, quelque 154 474 immigrants, répondait aux critères de l'article 4a de la loi sur le retour qui stipule que le conjoint, l'enfant ou le petit-enfant d'un juif a également droit à la citoyenneté de l'État d'Israël.

Un immigrant russe sur 25 seulement était juif au cours des huit dernières années, et du début de 2019 à la fin octobre 2019, un immigrant russe sur 40 seulement était juif.

Au cours des huit dernières années, seulement un immigrant ukrainien sur 12 était juif et un immigrant ukrainien sur 25 était juif au cours des 10 premiers mois de 2019.

Et même la grande majorité des immigrants de l'Occident au cours des quatre-vingts dernières années n'étaient pas juifs selon la loi juive.

Seulement 30% des immigrants d'Amérique au cours des huit dernières années étaient juifs selon la loi juive, tout comme seulement 27% des immigrants de France.

Les données sont générées par l'Autorité de la population et de l'immigration du ministère de l'Intérieur qui évalue la demande d'immigration de chaque immigrant et détermine en vertu de quelle clause du droit au retour de lui accorder la nationalité.

Les immigrants qui ont une mère juive obtiennent la citoyenneté en vertu de l'article 1 de la loi, et ceux qui sont le conjoint, l'enfant ou le petit-enfant d'un juif obtiennent la citoyenneté en vertu de l'article 4a.

"Ces chiffres soulignent combien il est urgent pour Israël de se libérer du joug du grand rabbinat et de la coercition religieuse", a déclaré le directeur du Hiddush, le rabbin Uri Regev.

«Le grand rabbinat et la politique religieuse ne représentent pas le visage du peuple juif aujourd'hui, et tant que l'État d'Israël est l'enfant du peuple juif, il faut reconnaître les choses: premièrement, l'establishment religieux a échoué massivement. en ouvrant les portes de la conversion aux immigrants, et que l'État d'Israël doit accorder une reconnaissance égale à toutes les formes de conversion, qu'elles soient orthodoxes modernes ou non orthodoxes.

«Deuxièmement, le mariage civil et le divorce doivent être autorisés car, sous la contrainte religieuse actuelle, des centaines de milliers de citoyens se voient refuser le droit fondamental de fonder une famille dans leur pays d'origine

Vos réactions

  1. akermanclaudie@gmail.com'Akerman Michel

    Il existe un Bet Din dans quasiment tous les pays d’où viennent les Olims aujourd’hui. Alors pourquoi ne pas les mettre en règle avant leur départ ? Itzhac Herzog pourrait exiger une vraie conversion avant de bénéficier de la Loi du Retour car, aujourd’hui, c’est faisable ! Peut-être qu’il s’en fiche car cet ancien dirigeant de Avoda se fiche totalement de la religion alors qu’il est président de l’Agence Juive ! Comme rien n’est fait pour ces Olims « incomplets » après leur arrivée : pas de cours dans les écoles autres que dati, pas de cours à Tsahal ou très rares, pas de cours pour les adultes qui veulent retrouver les racines, bref il a beaucoup de choses à faire CHEZ nous et les partis religieux qui ont aussi une part de responsabilité, ne font aujourd’hui quasiment rien. Quels partis politiques vont affronter ce problème et proposer des solutions (qui existent) ?

    Répondre
  2. jeromeherin@yahoo.fr'JEROME

    Bonjour, mon amie, mon fils et moi avons pris contact avec l’agence juive et contrairement a l’article, nos mères sont juives, test ADN à l’appuis et de toute façon l’arbre généalogique le certifierai rapidement… Ok, la religion nos mamans ne veulent pas en entendre parler mais vue ce que leurs mères ont subies qui les blâmerai si ce n’est les inhumains du consistoire? La réponse de l’agence juive fut de passer notre chemin car nous n’avons pas de certificat de judéité…La halakha ça fait longtemps que même le consistoire français la modifie en fonction des opportunités…En bref nous on ne sait plus qui est vraiment juif… Ce qui est sur c’est que nous pratiquons le judaïsme isolé et seul et que nos âme et notre sang est hébreux… Vous avez mon mail en contact n’hésitez pas à me contacter si une solution s’ouvre… chabbat chalom

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi