35 ans de prison pour un terroriste palestinien

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
35 ans de prison pour un terroriste palestinien

Un Palestinien écope de 35 ans de prison après avoir essayé de tuer deux policiers à Jérusalem.

La sentence est tombée. Deux ans après avoir poignardé plusieurs policiers à Jérusalem, en 2016, Ayman Kurd a été condamné à 35 ans de prison et à une amende de 330 000 shekels par le tribunal du district.

Ayman Kurd, 21 ans, un résident de Jérusalem-Est, a poignardé deux policiers près de la Vieille Ville à Jérusalem, blessant gravement une policière de 38 ans et plus légèrement un autre, âgé de 47 ans.

Dans leur décision, les juges ont déclaré que la peine était sévère et exceptionnelle, mais « était nécessaire, compte tenu des circonstances graves et exceptionnelles de ses actes et de leurs conséquences graves ».

Ils ont déclaré : « L’idéologie du désir de devenir un « martyr » en assassinant d’autres personnes, qui transforme la mort en objectif et en meurtrier en saint et héros, est une idéologie meurtrière ».

Dans leur décision, les juges ont déclaré que la peine était sévère et exceptionnelle, mais « était nécessaire, compte tenu des circonstances graves et exceptionnelles de ses actes et de leurs conséquences graves ».

Dans leur décision, les juges ont déclaré que la peine était sévère et exceptionnelle, mais « était nécessaire, compte tenu des circonstances graves et exceptionnelles de ses actes et de leurs conséquences graves ».

Les juges ont ajouté que l'attaque était clairement préméditée et qu'il méritait donc une peine maximale.

« Il a planifié l'attaque à l'avance et s'est équipé d'un couteau pour l'utiliser comme arme de meurtre au préalable », ont-ils écrit dans leur jugement. « Il a fait preuve de détermination et de cruauté dans son intention de tuer. L’inculpé a suivi les policiers, les a attaqués par-derrière et les a poignardés. »

Selon l'acte d'accusation, Kurd a rédigé plusieurs testaments sur son téléphone avant de procéder à l'attaque.

« Ma mère, mon cœur, s'il te plaît, ne pleure pas et ne te mets pas en colère, prie pour que je meure en martyr. Je veux que toi et ta sœur fassiez une fête pour moi », a t-il déclaré dans l'un des testaments. « Soyez assuré que je n'ai pas fait cela à cause de quelqu'un, mais seulement parce que je le voulais. »

Dans un autre testament, Kurd a demandé à sa mère et à sa tante de lui pardonner les attaques, « et de l'enterrer au cimetière des martyrs, près de son frère Ramzi ».

Selon l'acte d'accusation, Kurd est arrivé à la porte de Damas tôt le matin et s'est assis sur un banc. Il a lu des versets du Coran en cherchant une cible probable. Il a également écrit un message d'adieu à son père via Facebook.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi