Les tendances High-Tech à surveiller en Israël en 2018

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les tendances High-Tech à surveiller en Israël en 2018

Avec un nombre record de start-ups israéliennes acquises par des multinationales en 2017, que réserve 2018 à la Startup Nation ?

Des changements dans le code fiscal américain - réduisant le taux d'imposition des sociétés de 35% à 21% - pourraient réduire la motivation des investisseurs américains qui considéraient autrefois le taux de 23% d'Israël comme une négociation relative. Alors que la réduction d'impôt donnera plus d'argent aux entreprises américaines, elle pourrait aussi faire pression sur les start-ups israéliennes pour qu'elles fusionnent ou déménagent aux États-Unis.

Toujours au cours de l'année écoulée, les fusions et acquisitions avec des sociétés pharmaceutiques israéliennes ont surévalué les transactions et les sorties d'entreprises de haute technologie, selon un rapport du cabinet de conseil PwC Israel publié le mois dernier. Ceci est attribuable à Teva Pharmaceuticals chargé de la dette qui vend quelques investissements. En 2018, il est probable que les fusions et acquisitions de haute technologie vaudront plus que les compagnies pharmaceutiques.

Alors que les Américains restent les plus grands investisseurs étrangers dans l'Etat juif, les investissements chinois en Israël vont probablement augmenter et dépasser les Etats-Unis d’ici quelques années. L'année dernière, les régulateurs chinois ont décidé de sévir contre les acquisitions étrangères dans l'immobilier, le sport, le divertissement et d'autres domaines. Mais le gouvernement a ensuite précisé que les entreprises liées à la technologie ne seraient pas soumises à ces restrictions.

Les entreprises israéliennes de haute technologie pourraient bénéficier de l'évolution de la réglementation chinoise en matière d'investissement, notamment des sociétés spécialisées dans l'intelligence artificielle, la fabrication de pointe, la robotique, la biotechnologie, la technologie de pointe et la conduite autonome.

Quoi de neuf pour les startup en 2018?

Quoi de neuf pour les startup en 2018?

Et il y a quelques mois, a eu lieu la première introduction en bourse d'une société de haute technologie israélienne sur une bourse chinoise, Alma Lasers étant devenue publique à Hong Kong. Cette tendance devrait s'améliorer en 2018.

On ne sait pas si 2018 correspondra à 2017 en termes de taille des acquisitions étrangères d'entreprises israéliennes. Un achat record comme celui de Mobileye par Intel pour 15 milliards de dollars pourrait ne pas se reproduire de sitôt. Parmi les autres acquisitions importantes d'entreprises israéliennes au cours de l'année écoulée, Mexichem a acheté une participation majoritaire de Netafim pour 1,9 milliard de dollars et Mitsubishi Tanabe Pharma Corporation, société pharmaceutique japonaise a acquis la société pharmaceutique NeuroDerm pour 1,1 milliard de dollars.

Sur la bourse de Tel-Aviv, 17 entreprises ont émis des offres publiques initiales en 2017, selon Calcalist, plus qu'en 2015 et 2016 confondus. Et deux firmes israéliennes éminentes, Celltick Technologies Ltd. et Uzi maker SK Group, se préparent déjà à l'introduction en bourse de TASE en 2018.

Une douzaine d'entreprises israéliennes envisagent d'organiser une introduction en bourse à l'étranger, notamment à la Bourse de New York, au NASDAQ et à la Bourse de Londres.

Parmi les sociétés susceptibles d’entrer en bourse en 2018 figurent les sociétés de conseil en matière de contenu Taboola et Oubrain, les deux leaders de l'industrie, selon les données du Centre de recherche IVC. Et la firme de sécurité cybernétique israélienne Skybox Security et l'application pour smartphone d’appels de Taxi Gett pourraient également devenir publiques cette année.

TASE est en train de changer ses règles et ses exigences d'inscription, dans le but d'attirer davantage d'entreprises. L'Autorité israélienne des valeurs mobilières a rédigé un amendement visant à ajouter Hong Kong, Singapour et Toronto à sa liste de bourses reconnues, autorisant également la double cotation.

Au début de 2018, le gouvernement devrait lancer quatre fonds d'investissement liés à la technologie, dont chacun détient 400 millions de shekels (116 millions de dollars) d'actifs.

Et macro-économiquement, Israël peut s'attendre à une croissance du PIB d'environ 3,5%, selon les données de l'analyste de marché BlueStar Indexes. Cela survient malgré les licenciements massifs chez Teva Pharmaceuticals, la plus grande entreprise du pays en valeur de marché.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi