20 adolescents récoltent des fonds pour un voyage vers leur terre ancestrale, l'Ethiopie

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ils récoltent de l'argent pour faire un voyage sur leur terre ancestrale l'Ethiopie

20 adolescents recueillent des fonds pour un voyage patrimonial en Éthiopie
L'internat et le village de jeunes de Mikveh Israël lancent une campagne de financement public  pour réunir 75 000 NIS afin d'envoyer 20 élèves d'origine éthiopienne en Ethiopie pour un voyage patrimonial ; " A la pensée que je vais bientôt rencontrer mon père m'excite ", dit Yosef Mersha, 17 ans.

Ils récoltent de l'argent pour faire un voyage sur leur terre ancestrale l'Ethiopie

Ils récoltent de l'argent pour faire un voyage sur leur terre ancestrale l'Ethiopie

Le pensionnat et village de jeunes Mikveh Israël a lancé une campagne de collecte de fonds pour envoyer 20 élèves d'origine éthiopienne en Ethiopie pour un voyage patrimonial et pour retrouver les parents des élèves qui sont restés dans le pays africain.

 

"C'est quelque chose dont je n'ai jamais osé rêver quand j'étais lycéen. C'est un rêve devenu réalité pour moi et pour ma famille qui est restée dans un village en Éthiopie ", s'enthousiasme Samuel Almiya, un élève du pensionnat.

Pour lancer le voyage, les élèves et l'école ont lancé une campagne de crowdsourcing sur le site GiveBack afin de récolter 75 000 NIS, soit la moitié du coût du voyage, l'école finançant l'autre moitié.

Les donateurs, comme dans tout projet de ce genre, recevront un humble témoignage de gratitude en fonction du montant de leur don - d'une lettre de remerciement, à une visite en VTT de l'école d'agriculture Mikve Israel et un souvenir de l'Ethiopie.

Yosef Mersha, 17 ans, a immigré en Israël en 2007 à l'âge de six ans avec sa mère et son frère de la ville de Gondar en Ethiopie. Le père de Yosef est resté à Gondar, et leur seul lien est Facebook. "Nous nous écrivons beaucoup et la pensée que je pourrais peut-être le rencontrer bientôt me rend heureux ", dit-il.

Yehuda Alfa, 18 ans, a émigré d'Ethiopie en Israël à l'âge de six ans, laissant derrière lui sa grand-mère et ses oncles. "Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de cet endroit, j'ai seulement entendu des histoires. Mais c'est important pour moi de revoir ma famille, explique-t-il.

Yael Mekonnen, le directeur de l'internat, a expliqué qu'avant d'entreprendre leur voyage patrimonial, les élèves fourniront au guide le lieu de résidence de leur famille en Éthiopie, et le guide planifiera le voyage en conséquence.

"Nous voulons apprendre à nos élèves à être fiers de leur culture et, d'autre part, leur faire apprécier ce qu'ils ont ici, en Israël. Ici, leur école est à deux minutes à pied, tandis qu'en Éthiopie, les élèves marchent 8 kilomètres par jour pour se rendre à l'école ", a-t-elle expliqué.

Yael elle-même est mariée à un homme d'origine éthiopienne, qui a immigré en Israël à l'âge de cinq ans et qui était étudiant au pensionnat. Yael et son mari se joindront également au voyage pour rencontrer ses proches.

Herut Alamo et Dvir Balata, 17 ans, sont nés et ont grandi en Israël et souhaitent voir d'où viennent leurs familles. "Il est important pour moi de voir où mes parents sont nés et comment ils vivaient. On m'a dit qu'ils élevaient des vaches et que tout y est vert et florissant, et non des paysages désertiques secs comme tout le monde le pense," dit Herut.

"Mes grands-parents y sont enterrés et ce voyage est trèspécial pour moi ", poursuit-elle.

Dvir ajoute que même s'il est né en Israël, il a toujours une grande famille en Éthiopie. "Nos parents sont ravis que l'école nous donne l'occasion de voir et de renouer avec notre patrimoine ", dit-il.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi